La Crème Solaire Bio VS La Crème Solaire "traditionnelle"

Chaque année 25 000 tonnes de crèmes solaires sont déversées dans nos océans.

 

Un chiffre tellement grand qu'il est difficile de réaliser : 25 000 tonnes.

25000 tonnes c'est le poids de 130 baleines bleues ou 3 570 éléphants.

Ça ne t'éclaire pas plus hein ? 

Retenons juste que c'est beaucoup. Même énorme.

On se pose rarement des questions sur ce produit qui nous accompagne chaque année lors de nos vacances. Que cela soit au soleil l'été ou l'hiver à la montagne, la crème solaire est un incontournable qui rime avec vacances. Des vacances bien méritées pour se détendre, se reposer ou se dépenser, afin de remplir les batteries. C'est aussi l'occasion de questionner nos habitudes de consommation et particulièrement sur l'indispensable de nos vacances : la crème solaire. 

 

Un constat inquiétant

Pourquoi ce chiffre doit-il nous interpeler ? 

Une grande partie des crèmes solaires utilisées aujourd'hui sont industrielles et non bio. Comme chaque été, nous passons beaucoup de temps à nous tartiner afin de nous protéger, puis allons dans l'eau nous rafraîchir. C'est à ce moment précis que la crème, même si elle est précisée résistante à l'eau, se répand dans nos mers et océans.

Les crèmes solaires non bio contiennent des ingrédients dangereux.

D'une part pour notre santé, car cancérigènes. D'autres part pour l'environnement, car leurs ingrédients étouffent et tuent à petit feu les coraux.

 

2 catégories de coupables : les ingrédients meurtriers

  • Les nanoparticules de dioxyde de titane et d'oxyde de zinc : issues de la pétrochimie et utilisées par les industriels afin d'éviter les traces blanches ou plus communément appelé "phénomène Casper ou bonhomme de neige". Ces ingrédients permettent d'étaler plus facilement la crème et nous éviter "magnifique" ce hâle blanc. De part leur taille (nano), ces particules arrivent à pénétrer facilement tous les organismes vivants. C'est-à-dire, les végétaux, les micro-organismes, les animaux, et donc nous. Or une fois répandus dans les eaux, ces produits polluent nos fonds marins et tuent les coraux. 

  • Les parabènes, parfums ou conservateurs de synthèse suspectés d'être nocifs pour la santé et pour l'environnement sont fréquemment répandus dans les crèmes solaires non bio. 

C'est lorsque nous nous étalons ces crèmes que ces nanoparticules peuvent s'avérer dangereuses pour notre santé car classées comme perturbateurs endocriniens, et causent des cancers, des malformations, des perturbations du fonctionnement cellulaires, etc.

De plus, au moment de la baignade, nous déversons ces produits dans les mers et océans. Pour rappel, les coraux abritent plus de 25% de la faune marine. C'est un vivier indispensable à l'écosystème marin. Et aujourd'hui, plus de 45% sont en danger.

Nous troquons à nos dépends, chaque année, un joli teint hâlé contre un écosystème qui nous reste indispensable. 

Et si on changeait la donne ?

Facile. On choisit des crèmes solaires bio.

 

Comment choisir sa crème solaire bio ? Quelle marque choisir ?

Attention au greenwashing ! On choisit une crème solaire bio qui au moins un des labels suivants : Cosmebio, COSMOS Organic et/ou Ecocert Greenlife.

Pourquoi ?

Ces labels nous garantissent 95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle sur le total du produit  (eau et minéraux considérés comme naturels), 95% minimum d’ingrédients bio sur l’ensemble des végétaux et 10% minimum d’ingrédients bio sur le total du produit (eau et minéraux considérés comme non bio car on ne les cultive pas)*.

 

Bio, naturelles et tout aussi efficaces !

Tout comme les produits solaires traditionnels, les crèmes solaires bio répondent aux normes de composition et d'étiquetage imposées par les directives européennes sur les cosmétiques. Les protections solaires, bio ou non, sont toutes soumises à des contrôles a posteriori effectuées par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) afin de vérifier qu'elles offrent bien la protection affichée sur les étiquettes. SPF 20, 30 ou 50 vous pouvez donc vous tartiner en toute tranquillité !

 

Quel indice de protection choisir ? 

Le choix de la crème solaire pour nous accompagner cet été dépend de notre phototype. 

Quezako

Résumé des phototypes pour bien choisir sa crème solaire :
  • Phototype 0 : peau qui brûle très facilement et ne doit jamais s’exposer (albinos, population sans mélanocytes). >> éviter l'exposition, très haute protection obligatoire.
  • Phototype 1 : peau très claire, blanche, cheveux blond ou roux, yeux bleus ou verts et taches de rousseur apparaissant rapidement en cas d’exposition, brûle facilement au soleil et ne bronze jamais.
    >> Très haute protection obligatoire
  • Phototype 2 : peau très claire qui peut devenir halée, des cheveux blonds ou châtains clairs des taches de rousseurs qui apparaissent au soleil, brûle facilement et bronze légèrement. >> Très haute protection obligatoire
  • Phototype 3 : peau moyenne, des cheveux blond ou châtains, peu ou pas de tache de rousseur, brûle modérément et bronze petit à petit
    >> Très haute protection ou haute protection
  • Phototype 4 : peau mate, cheveux châtains ou bruns aucune tache de rousseur, brûle à peine et bronze toujours bien.
    >> Protection moyenne ou haute protection
  • Phototype 5 : peau brune foncée, naturellement pigmentée, cheveux et yeux noirs : brûle rarement et bronze beaucoup.
    >> Faible protection ou moyenne protection
  • Phototype 6 : peau noire, cheveux et yeux noirs, ne brûlant pas
    >> Faible protection ou moyenne protection**

Ainsi on en déduit les indices SPF :

  • Protection faible : SPF de 6 ou 10
  • Protection moyenne : SPF de 15, 20 ou 25
  • Protection haute : SPF de 30 ou 50
  • Très haute protection : SPF de 50+

 

Le choix ethicall :  

Après avoir testé plusieurs crèmes solaires bio (Laboratoires Biarritz,EQ, UVbio et Acorelle), et récolté les retours des testeurs nous avons choisi de vous proposer la crème solaire Acorelle. Pourquoi ? 

Toutes ces crèmes avaient une composition idéale - respectueuses de notre santé et des fonds marins), fabriquées en France mais parfois difficiles à étaler. C'est pourquoi nous avons choisi, la crème solaire Acorelle.

Avantages : 

Résistante à l'eau, sans traces blanches, sans parfums, sans parabens, sans nanoparticules et sans zinc, 98% du total des ingrédients sont d'origine naturelle et 30% du total des ingrédients sont d'origine biologique. 

Inconvénient :

Prix qui peut freiner les petits budgets.

 

Recommandations d'utilisation pour des vacances éco-responsables réussies : 

  1. Agiter avant emploi. Ne pas vaporiser directement sur le visage et éviter tout contact avec les yeux,
  2. Renouveler fréquemment l'application en quantité suffisante, surtout après chaque baignade,
  3. Eviter l'exposition entre 12 et 16h. La surexposition au soleil est une menace sérieuse pour la santé,
  4. Ne convient pas aux enfants de moins de 3 ans. Ne pas exposer les bébés et jeunes enfants directement au soleil. 

 

Alors, crèmes solaires industrielles VS crèmes solaires bio : le choix est-il vite fait aux vues de ces informations ? Quel sera ton choix cet année ? As-tu déjà une crème solaire bio dans ton sac ?

Partage nous tes réactions et expériences !

Et surtout passe de superbes vacances ! 

A très vite,

Mathéa d'ethicall.

 

sources

Blue Althea  

Les phototypes de Fitzgerald

Laisser un commentaire